Actualités de l'association Parcourez les annonces de l'association

mai 23
Législation / François de Reuck

UPPSY

 

Cher membre,

Nous vous informons que l'ABIPFS associe avec l'UPPSY dans sa lutte pour la reconnaissance de la psychothérapie. 

Pour plus d informations, vous pouvez consulter http:/uppsy.be

Le CA 

fev 23
Législation / Philippe Defossez

Explication sur l’évolution de la loi sur la psychothérapie

La ministre de la santé, Maggie De Block, a le projet de « corriger » la loi Muyle de 2014 régissant le métier de psychothérapeute.

Ces "corrections" ne sont pas encore entièrement précisées mais plusieurs axes semblent se dessiner :

  1. La ministre a l’intention de ne plus donner aux bacheliers l’accès aux formations de psychothérapeute. Seuls y auraient accès, les licenciés psychologues cliniciens ou les médecins. Il y aurait des aménagements (pas tout à fait définis) par rapport aux personnes déjà formées ou en court de formation.
  2. La psychothérapie ne serait plus considérée comme un métier mais comme un acte.
  3. Il n’y aurait plus de conseil supérieur de la psychothérapie. Les sujets concernant la psychothérapie seront discutés au sein du conseil de la santé mentale.
  4. Seul serait considéré comme psychothérapie les psychothérapies basées sur des critères « Evidence based ». Il s'agit de pouvoir prouver scientifiquement l’efficacité de ses plans de soins par rapport à différentes psychopathologies et symptômes. Les comportementalistes pourraient être les seuls validés. Il n’est plus fait mention des quatre courants psychothérapeutique repris dans la loi. 

Il va de soi que nous nous opposons totalement aux remises en question de Maggie De Block. Pour beaucoup, la loi Muyle représentait une énorme avancée pour la profession.
L’abipfs participe donc à une large et dynamique fronde qui tente de limiter ou d’arrêter le projet de la Ministre. Nous nous mobilisons au niveau politique (interpellations d’un maximum de partis et de parlementaires qui avaient participé à l’élaboration de la loi), au niveau des médias. Nous étudions aussi les pistes juridiques pour éventuellement contrer Maggie De Block au Conseil d’Etat. Cette fronde est aussi à l’origine de la pétition qui a beaucoup circulée il y a quelques mois (10 000 signatures), ainsi que du Mémorendum qui est récemment paru dans la presse.

La Commission des Psychologues, les comportementalistes, certaines facultés universitaires soutiennent totalement le projet de réforme de Maggie de Block. Ils sont de puissants « lobbyistes ».

Vous trouverez en annexe le compte-rendu d’un échange à la commission parlementaire de la santé publique du 18 décembre 2015, un communiqué de presse de la Ministre du 6 décembre ainsi que le Mémorendum que l’ABIPFS soutient.

Philippe Defossez
Président du CA de l’ABIPFS